Magali GUADALUPE MIRANDA Avocate au Barreau des Hauts-de-Seine
Magali GUADALUPE MIRANDAAvocate au Barreau des Hauts-de-Seine

Les différentes protections

Le statut de réfugié

Conformément à la convention de Genève, toute personne craignant avec raison d'être persécutée du fait :

  • de sa "race" (origine ethnique)
  • de sa religion
  • de sa nationalité
  • de son appartenance à un certain groupe social
  • de ses opinions politiques (réelles ou imputées)

peut prétendre à l'octroi du statut de réfugié.

 

Il existe également l'asile constitutionnel, qui protège toute personne persécutée en raison de son action en faveur de la liberté, mais ce fondement est très rarement retenu.

 

Les personnes reconnues réfugiées bénéficient d'une carte de résident de 10 ans, renouvelable tant que dure sa protection.

La protection subsidiaire

La protection subsidiaire est également traitée par l'OFPRA puis par la CNDA.

 

Elle peut être accordée à toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu'elle courrait dans son pays un risque réel de subir l'une des atteintes graves suivantes :

  • la peine de mort ou une exécution
  • la torture ou des peines ou traitements inhumains ou dégradants
  • pour des civils, une menace grave et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d'une violence aveugle résultant d'une situation de conflit armé interne ou international

Tout le travail de l'avocat consiste à démontrer la réalité de l'un de ces risques.

 

Si la protection subsidiaire est accordée, l'étranger se voit délivrer une carte de séjour temporaire d'une durée de 4 ans, renouvelable tant que dure sa protection, et portant la mention "vie privée et familiale".

L'apatridie

La qualité d'apatride est reconnue par l'OFPRA à toute personne qu'aucun Etat ne considère comme son ressortissant par application de sa législation (article 1er de la Convention de New-York du 28 septembre 1954).

 

Le rôle de l'avocat est de rédiger la demande écrite à l'OFPRA et de préparer l'étranger à l'entretien.

 

En cas de refus, l'étranger peut exercer un recours en excès de pouvoir auprès du Tribunal administratif.

 

Lorsque la qualité d'apatride est reconnue à l'étranger, il se voit délivrer une carte de séjour temporaire d'une durée de validité d'un an renouvelable portant la mention "vie privée et familiale" (article L.313-11-10° du CESEDA).

 

Après trois ans de résidence régulière en France, l'apatride peut solliciter la délivrance d'une carte de résident valable 10 ans (article L.314-11-9° du CESEDA).

Un demandeur d'asile est une personne qui a fait une demande auprès des autorités d'un pays pour obtenir le statut de réfugié. On parle de réfugié lorsque ce statut lui a été accordé.

 

Un apatride est une personne qui ne peut revendiquer aucune nationalité : aucun pays ne la considère comme son ressortissant par application de sa législation.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Magali LOUSTAU-GUADALUPE MIRANDA